Notre problématique :

Révéler la vie et l’appropriation de l’espace 

par un procédé de fabrication participatif en temps réel.

 

« Nous sommes le corps qui rend l’ambiance existante » 

Christine Rose Duarte, Ambiances urbaines en partage, pour une écologie sociale de la ville sensible.

 

 

C’est quoi le projet ?

 

Le projet Pas à pas, c’est un chantier participatif, où chacun met sa pierre à l’édifice. Pas à pas correspond aux différentes étapes, au côté éducatif de l’activité et aussi aux trajectoires liées au passage incessant des voyageurs sur le parvis du métro Saint-Laurent.

Pas à pas, la place se transforme au rythme des voyageurs. Sur toute une journée, nous calculons, selon les données de fréquentation Google, l’affluence, qui va déterminer la saturation des dalles. Plus le lieu est fréquenté plus la proportion de pigment augmente et la dalle devient rouge. L’intensité colorée dépend donc de la fréquentation. Elle permet un rendu organique qui représente la vie de la place en temps réel. 

C’est une réelle revalorisation du piéton, avec une communication directe et plus intime avec son espace à la fois par l’investissement de la personne, mais aussi par rapport à son échelle. On se sent perdu dans l’immense espace de la place, comme on le voit avec la maquette, où le rapport d’échelle est imperceptible. 

Ici, on a l’espace entre les mains.

 

Et l'identité graphique ?

 

Forme

La forme hexagonale permet l’action d’imbrication plus unitaire, plus dans l’aspect d’union solidaire, par le fait qu’il y ait plusieurs côtés et qu’ils communiquent à plus grande échelle les uns avec les autres. ( qu’ils interagissent ). De plus, l’hexagone est une forme associée au travail , elle rappelle la forme de l’alvéole dans les ruche, endroit d’effort collectif , de communauté, de construction et reconstruction. Une forme d’écrou qui serre les liens. C’est également la rigueur et l’organisation , la hiérarchie de la division des espaces, comme finalement nous le faisons naturellement déjà sur la place du métro Saint Laurent.

« Une ville est avant tout un ensemble organisé de nous »

 

Logo 

Inspiré du mouvement., son carré autour reprend la forme du parvis, où se dessine les trajectoires et l’avancée des passants, mais aussi, l’avancée du projet.

 

Couleur 

Le pantone et spectre colorimétrique est obtenu grâce aux tests de pigmentation du béton. Le choix pour le rouge a été naturel, car c’est une couleur que nous avons retrouvé massivement à cet endroit, elle fait partie de l’identité du lieu, à son histoire, hier « Red Light », aujourd’hui identité du Quartier des Spectacles. 

Il y a également quelque chose de sensible dans cette couleur qui démontre l’intensité et l’aspect vivant très « hémoglobine », coeur de Montréal : artère canadienne ne concentre autant d’histoire et d’humanité. Palpitations, rythme des gens qui rend l’endroit vivant. 

 

« La Main est à tout le monde, elle appartient à tout le monde, elle est à sa manière, le monde entier »

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Océane Thomasse